Les 5 enjeux partagés

LES 5 ENJEUX MAJEURS COMMUNS AUX 3 COMMUNES

A la suite du diagnostic réalisé, 4 enjeux majeurs pour les habitants et un enjeu spécifique pour les communes ont été identifiés.

BIODIVERSITÉ – MOBILITÉ – ALIMENTATION – DÉCHETS – CONSOMMATION D’ÉNERGIE

 


1er ENJEU : LA BIODIVERSITÉ

La biodiversité est menacée par les effets conjugués de l’intensification des activités humaines et du réchauffement climatique :

  • En près de cinquante ans, 68% des animaux vertébrés sauvages ont disparu dans le monde.
  • En France, la population d’oiseaux a diminué de près de 30% en France en trente ans.

La liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) souligne que 1 301 espèces menacées à l’échelle mondiale sont présentes en France.

Du fait de leur situation géographique au sein de la Vallée de la Juine, les communes sont déjà particulièrement actives en matière de préservation de la biodiversité.

Bien que la perte de la biodiversité locale ne soit pas avérée (faute d’outils d’évaluation), les communes considèrent que traiter cet aspect du développement durable est essentiel. Elles souhaitent aller plus loin en intensifiant leurs efforts pour assurer le maintien des équilibres écologiques actuels et la préservation et/ou la restauration des espaces naturels menacés.

 

2e ENJEU : LA MOBILITÉ

La consommation d’énergie fossile par le transport contribue massivement au réchauffement climatique. En effet, le transport est l’activité qui contribue le plus aux émissions de gaz à effet de serre (GES) de la France. En 2018, il représente pour mémoire 46,4 % des émissions de gaz à effet de serre de la Communauté de Communes. Selon des données nationales, les émissions liées à la circulation routière incombent à hauteur de 54 % aux véhicules particuliers, de 24 % aux poids lourds et de 20 % aux véhicules utilitaires légers.

Le diagnostic souligne la nécessité de progresser encore sur les modes doux. L’état des lieux montre que différentes actions ont été réalisées, mais il montre aussi la nécessité d’actions d’incitation complémentaires, qui favoriseront des changements de comportement des habitants.

Ainsi, réduire le primat de la voiture dans les déplacements est un objectif clef pour les trois communes. Elles peuvent y contribuer à leur niveau, notamment sur le développement des modes doux, par des actions d’accompagnement sur la pratique du vélo, les itinéraires cyclables, le stationnement, la sensibilisation…


3e ENJEU : L’ALIMENTATION

Comme les logements ou les transports, l’alimentation est un élément important du réchauffement climatique. L’agriculture, l’élevage, la pêche, l’industrie agro-alimentaire, la distribution et la consommation exigent de l’énergie et provoquent des émissions de gaz à effet de serre. En France, en 2021, l’agriculture représente à elle seule 19 % des émissions de GES. L’élevage est responsable de presque la moitié de ces émissions ; il est peu présent par ici.

Cependant, la CCEJR est un espace à dominante rurale avec une forte présence des grandes cultures dont l’activité intensive se révèle consommatrice d’énergie et émettrice de polluants et de gaz à effet de serre. La CCEJR porte actuellement, avec deux communautés voisines, un Projet Alimentaire Territorial (PAT) inscrit dans son Plan Climat.

Les communes sont fortement intéressées par la relocalisation de l’alimentation et ont à cœur d’être associées aux modalités du service de la restauration scolaire. Elles souhaitent s’engager notamment sur la diffusion des bonnes pratiques, la lutte contre le gaspillage alimentaire, les achats locaux, la gestion des déchets alimentaires, la diminution des rations carnées…

4e ENJEU : LES DÉCHETS

Même si les déchets n’ont pas un poids prépondérant dans les émissions de gaz à effet de serre (en France, ils représentent 4 % des émissions de GES), ils constituent un enjeu pour l’Agenda 2030 dans la mesure où il s’agit de préserver nos ressources.

Par ailleurs, c’est un enjeu qui concerne tous les citoyens et les acteurs du territoire et qui peut permettre de les impliquer sur des objectifs et des résultats visibles. Cette thématique « déchets » permet de responsabiliser, puisque limiter ses déchets c’est aussi mieux penser ses consommations et mettre en pratique la sobriété.

Sur les trois communes, des efforts sont faits mais d’autres actions concrètes peuvent être réalisées à l’échelle des trois communes : réduction des volumes, valorisation et réemploi des déchets… dans le prolongement des actions du PCAET.

 

 

 


+ 1 enjeu pour les collectivités locales :
la CONSOMMATION D’ÉNERGIE bâtiments publics

En ce qui concerne l’énergie, un enjeu important est l’exemplarité des communes. Pour inciter les citoyens à rénover leurs logements, les trois communes se doivent d’engager des actions concernant la consommation d’énergie de leurs propres bâtiments.

Sur les trois communes, malgré quelques rénovations récentes, le diagnostic met en évidence la nécessité d’améliorer la performance énergétique des bâtiments communaux, en grande partie anciens et mal isolés.

Le diagnostic pose également la question de l’évolution des surfaces construites. En effet améliorer la performance énergétique des bâtiments existants ne permettra pas de réduire la consommation totale des communes si dans le même temps les surfaces chauffées ne cessent d’augmenter.

Le diagnostic montre ainsi la nécessité d’une réflexion plus poussée sur l’état et l’utilisation des bâtiments communaux.

0 Partages